INDEFINIMENT

PAROLES


 

Depuis Toi

Tout en moi
Me parle de toi
Dessous mes p’tits airs de femme
Qui rendent fou
Se cache un cœur en flammes
Et des remous
Depuis toi
Plus rien
De rien
Plus rien
De rien
Ne tient debout

Tout en moi
Me parle de toi
C’est ma voix qui déraille
Et qui se noue
Mon sourire et ses failles
Quand je pense à nous
Depuis toi
Plus rien
De rien
Plus rien
De rien
Ne tient debout

Tout en moi
Me parle de toi
Mes doigts qui comptent les jours
Jusqu’à tes bras
Mes yeux brûlants d’amour
Le soir se noient
Depuis toi
Plus rien,
De rien
Plus rien,
De rien
Ne tient debout
Depuis toi
Plus rien,
De rien
Plus rien,
De rien
Ne tient debout
Tout de toi
Tous tes mots, ta voix
Résonnent
Tout en moi

Indéfiniment

Invariablement
Incidemment
Il pleut à torrents
Sur les fleurs des champs
C’est la fin du monde
Indéfiniment
Évidemment
Quelques larmes coulent
Pour sécher au vent
Moi du bout du monde, je ...

T’aime
Demain sera
Bien plus beau
Que tous les autres
Même
Après demain
Tous les jours
Seront les nôtres

Invariablement
Incidemment
Gronde l’ouragan
Brisant les serments
C’est la fin du monde
Indéfiniment
Évidemment
À contre courant
En dépit du temps
Moi du bout du monde, je ...

T’aime
Demain sera
Bien plus beau
Que tous les autres
Même
Après demain
Tous les jours
Seront les nôtres
Demain sera
Demain sera

Saudade de voce

La tête dans les étoiles
Tu pars tu mets les voiles
Et moi je reste ici
Ma terre est là, redescends
Mon amour incandescent
Te suivra toute la vie

Je t’ai cherché sur la lune
Sans jamais te trouver
Eu tenho saudade de voce
Ni le désert ni les dunes
N’ont pour moi de secret
Je t’attends j’ai l’ temps
Saudade
Saudade de voce

Va où tu veux mais reviens
Reviens moi tu m’appartiens
Mes nuits sans toi s’ennuient
Mon cœur est là, redescends
Mon amour incandescent
Te suivra toute la vie 

Je t’ai cherché sur la lune
Sans jamais te trouver
Eu tenho saudade de voce
Si jamais l’amour se consume
C’est tant pis j’attendrai
Dans le vent, longtemps
Saudade
Saudade de voce

Saudade
Saudade de voce

Ilalabad

Waynak inta ya habibi
Bi ayya déni
Ma tetrekni la ma tetrekni
Ta neb’a sawa sawa
Neb’a bel hawa hawa
Ta neb’a sawa sawa lilabad

Ne le dites à personne
Du fond de mon lit
Rien de plus beau qu’un matin de pluie
Et mon cœur tout bas qui bat
Et mon cœur tout bas qui bat qui bat
Pour lui

Ne le dites à personne
Un rien me ravit
Juste un petit brin de poésie
Et mon cœur tout bas qui bat
Et mon cœur tout bas qui bat qui bat
Pour lui

Comme une rose qui un jour éclot
Prémisse d’une promesse
Pétale après pétale
L’amour s’exhale
Ilalabad ilalabad 

Ne le dites à personne
Sous mon parapluie
Rien de plus doux que les clapotis
Et mon cœur tout bas qui bat
Et mon cœur tout bas qui bat qui bat
Et mon cœur tout bas qui va qui va
Vers lui

Comme une rose qui un jour éclot
Prémisse d’une promesse
Pétale après pétale
L’amour s’exhale
Ilalabad ilalabad 

 

No No No No t’en fais pas

No no no t’en fais pas
J’ te l’ dis pour la dernière fois
No no no no les tracas
Ce n’est plus vraiment pour moi

J’ voudrais tellement
Qu’ tu goûtes un peu
À ces larmes amères
Que j’ai bues tout l’hiver
Et puis même
Si tu cries « je t’aime »

No no no no c’est comme ça
J’ reviendrai pas sur mes pas
No no no no souviens toi
Des mots qu’ tu m’ disais tout bas

J’voudrais tellement
Qu’ tu goûtes un peu
À ces larmes amères
Que j’ai bues tout l’hiver
Et puis même
Si tu cries « je t’aime »

No no no no pas comme ça
Pas comme si tu m’ connais pas
No no no no m’en veux pas
Si j’ claque la porte derrière moi

J’ voudrais tellement
Qu’ tu goûtes un peu
À ces larmes amères
Que j’ai bues tout l’hiver
Et puis même
Si tu cries « je t’aime »

J’ voudrais tellement
Qu’ tu goûtes un peu
À ces larmes amères
Que j’ai bues tout l’hiver
Et puis même
Si tu cries « je t’aime »

ça sert à rien

Serments d’amour
Ça sert à rien
Des mots toujours
Pour faire du bien
Moi je rêve d’une vie
Tranquille
J’ veux pas d’un amour infini
Qui se brise

Rêver de trop
Ça sert à rien
Quand sur ma peau
Y’a plus tes mains
Je m’accroche au bord
Du vide
J’ai beau serrer mon vertige
Je m’enlise

S’il fallait un jour
Refaire le monde
Jure moi mon amour
Pas une seconde
Ne vaudrait la peine d’être perdue
Tous nos instants seraient suspendus

Mélancolie
Quand tu me tiens
C’est qu’il suffit
D’un soir d’embruns
Des bouffées d’ chagrin
Des vagues
Et moi pour des tous petits riens
Je divague

S’il fallait un jour
Refaire le monde
Jure moi mon amour
Pas une seconde
Ne vaudrait la peine d’être perdue
Tous nos instants seraient suspendus

Les mots s’en vont
Ça sert à rien
 

Loin très loin

Il faut bien qu’on se prépare à
L’amour qui s’en va demain
Faut vouloir la fin
Tourner la page
Et s’en aller et s’en aller
Mourir

Je m’ sens loin
Très loin
Mais si loin
Pourquoi
Je m’ sens seule
Avec mes chagrins qui m’ tiennent
La main
Je m’ sens loin très loin
Mais si loin
De toi

Il faut bien qu’on se sépare a
Vant qu’il ne reste plus rien
Rien qu’un seul chemin
Un seul virage
Et s’en aller et s’en aller
Mourir

Je m’ sens loin
Très loin
Mais si loin
Pourquoi
Je m’ sens seule
Avec mes chagrins qui m’ tiennent
La main
Je m’ sens loin très loin
Mais si loin
Pourquoi

Ni cet homme
Ni l’ prochain
N’y pourront
Jamais rien
Je m’ sens loin
Très loin
Si loin
De moi

 

Le plus doux des rêves

Rêve
J’ai fait un rêve
Nous étions tous les deux
Sur un coussin de nuages
Un après-midi paresseux
Au loin
Tanguent les vagues
Et là tu m’as demandé ma main

J’ai fait le plus doux des rêves
Entre ciel et mer toi et moi
Mon rêve jamais ne s’achève
Tant que je le vis avec toi
 

Rêve
Et dans mon rêve
Sur nous tombe la nuit
Sous une couverture d’étoiles
L’un contre l’autre blottis
Mon cœur
Au loin s’évade
Non je n’ai plus peur des lendemains

J’ai fait le plus doux des rêves
Entre ciel et mer toi et moi
Mon rêve jamais ne s’achève
Tant que je le vis avec toi
 

Un matin sans toi

Un matin sans toi
Un matin comme ça

Un matin sans toi
Plus rien à l’endroit
Le ciel sous mon toit
Fait la moue
Et plus rien n’est jamais pareil
Je joue
À cache-cache avec le
Soleil
Oh j’aime pas ces réveils

Un matin sans toi
Plus rien à l’endroit
L’hiver sans le froid
Se la joue
Et plus rien n’est jamais pareil
Je cours
Après le manque de
Sommeil
Oh j’aime pas ces réveils

Comme si
On t’avait arraché à moi
Un soir de tempête
Comme si
Sans toi l’ bonheur n’existait pas
Un cœur qui n’ sait plus être à la fête

Tes matins sans moi
Sont-ils à l’endroit ?
Y vois-tu parfois
Un peu flou
Penses-tu un peu beaucoup à nous
C’est fou
Il suffirait pour mon
Réveil
De ta voix qui m’appelle

 


 

Vingt-quatre heures

Je pense à toi une fois par jour
Et ça dure
Vingt-quatre heures
Que c’est dur
Toutes ces heures
Avec sans toi

Tu m’aimes, je t’aime, une fois par jour
Et ça dure
Vingt-quatre heures
Que c’est doux
Le bonheur

Le jour tic tac tic tac
Pense à moi
La nuit tic tac tic tac
J’ pense à toi
C’est comme ça

Écoute les battements de tambour
Dans mon cœur
C’est pour toi
Tu es sourd
T’entends pas
J’ suis avec toi

Le jour tic tac tic tac
Pense à moi
La nuit tic tac tic tac
J’ pense à toi
C’est comme ça
 

 

ENCOR ENCOR
En duo avec Gabriel Yared

Dis-moi encore une fois
Pourquoi la terre est ronde
Moi du creux de tes bras
Je n’ vois pas le bout du monde

Je veux
Te garder tout
Contre moi
Cent mille secondes
Le temps
Ne pourra rien
Contre nous
Nos cœurs se fondent

Dans les étoiles
Nos prénoms sont écrits
Dans les étoiles
Nous deux c’est pour la vie
Redis-moi encor encor
J’ t’aime à la vie à la mort

Pour toi
Je mourrai même
S’il le faut
N’aie pas de peine
Je s’ rai
Comme le soleil
Sur ta peau
Tellement je t’aime

Dans les étoiles
Nos prénoms sont écrits
Dans les étoiles
Nous deux c’est pour la vie

Redis-moi encor encor
J’ t’aime à la vie à la mort
J’ t’aime à la vie à la mort
Redis-moi encor encor
Redis-moi encor encor
Redis-moi encor encor